Tiny Issue simplifie le bug tracking : retour d’expérience

Souvent, lorsque l’on livre quelque chose à quelqu’un, on peut éprouver des difficultés à centraliser les remarques, ou à se coordonner avec le client pour les recevoir. De fait, on va mettre en place ce que l’on appelle un outil de bugtracking. Parmis les plus connus on retrouvera Mantis, TheBugGenie ou encore Bugzilla. Mais bon, i lfaut bien l’avouer, l’interface n’est pas utilisable par n’importe qui. Encore moins un client qui est autant dans le milieu du web que je suis dans celui de l’ostréiculture. Je suis donc tombé sur Tiny Issue qui semble répondre à mon cahier des charge : installation sur mon propre hébergement, simple à installer, simple à utiliser, sexy et épuré. Voici mon retour d’expérience.

Le téléchargement et l’installation

Jusque là, rien de compliqué. On va sur le site officiel http://tinyissue.com/ et on utilise le seul bouton disponible. Ensuite je me suis rapidement demandé où étaient les instructions d’installation… Aïe, il n’y a pas de navigation.  Mais ouf, je retrouve quelque chose de familier : en bas à droite on nous proposer de suivre le projet sur GitHub. j’ai l’habitude d’y retrouver des readme, j’y cours donc. Bien m’en a pris, je retrouve les instructions suivantes que je traduis en français, de rien 😉

Installer Tiny Issue v1.3.1

  1. Créer une base de données MySQL
  2. Mettre les permissions du répertoire uploads à 777
  3. Ouvrez le répertoire install dans votre navigateur
  4. Supprimer ou renommer le répertoire install

Prérequis

  1. Testé sur Apache, IIS
  2. PHP 5.3+
  3. MySQL 5+
  4. PDO Extension for PHP (MySQL)
  5. MCrypt Extension for PHP
  6. Javascript Activé

Je vais quand même préciser certaines choses pour l’installation :

Installation – Point 1 : Si vous avez un hébergement, vous l’avez déjà
Installation – Point 2 : Pour cela, vous devez accéder à votre hébergement avec votre client FTP favoris. Le mien c’est FileZilla. Il suffit ensuite de faire un clic droit sur le répertoire upload > permission ou droits d’accès au fichier. Ensuite on coche tout, même l’option « récursion dans les sous-dossiers ».

Attaquons l’installation

Je suis les instructions, et tombe sur l’écran ci-dessous :

setup-tiny-issue

Je constate déjà qu’on ne peut pas préfixer les tables de la base de données. Aïe, pourtant c’est essentiel lorsque l’on est sur un hébergement mutualisé comme moi avec plusieurs applications web sur le même hébergement. D’autant qu’il peut y avoir des conflits avec des tables existantes et portant le même nom!

En fouillant un peu dans le code, je tombe sur la ligne 46 du fichier applaraveldatabasegrammar.php : $prefix = ‘ ‘; que je modifie donc en $prefix = ‘issue_’; en espérant que ça soit bien ça. Spoiler alert : Ca n’a servi à rien 🙂

Problème

Ensuite, je lance l’installation. Premier problème qui n’engage rien de bon, l’application me dit que je dois activer PHP5.3 pour aller plus loins. Je m’exécute, et là patatras je dois désactiver « Magic_Quotes » qui est déprécié dans PHP5.3. En gros, un truc de l’application ne marche pas avec la version de PHP que l’application m’impose. Pas bon.

Solution

Je règle le problème en rajoutant dans mon htaccess :

  • SetEnv PHP_VER 5_3
  • SetEnv MAGIC_QUOTES 0

Suite de l’installation

Je continue donc l’installation, en arrivant après un message m’y invitant su l’écran suivant :

tinyissue-install2

Je renseigne donc mes informations (que je garde pour moi, non mais). En validant, on m’invite à « Proceed to login ». Patatras (encore) : Directive ‘register_globals’ is deprecated in PHP 5.3 and greater.

Je rajoute donc dans mon htaccess : SetEnv REGISTER_GLOBALS 0
Et là, victoire :

tinyissue-install-login

Je me connecte donc. La navigation est tellement claire que je ne vais pas faire l’insulte de l’illustrer par des captures. Si toutefois la langue pose problème, elle peut être changée dans le menu settings.

Je me suis donc amusé à :

  • Créer des projets
  • Créer des utilisateurs avec différents rôles
  • Créer des tickets, les prendre en charge, …

Conclusions

Si j’essayais de noter un peu tout ça, avec une note de 1 à 5 :

Installation : 2/5

  • Pas de préfixes de tables
  • Plusieurs problèmes à l’installation, pas de réponse claire du développeur qui botte en touche de façon désagrable
  • La procédure d’installation ne vérifie pas grand chose, j’ai essayé de la suivre avec des informations erronées et j’arrivais au bout sans encombre, jusqu’à la connexion qui échoue

Prise en main : 4/5

  • De très rares choses ne sont pas bien claires quand on se ballade dans notre site
  • Mais globalement les intitulés sont clairs
  • Interface simple et sans fioritures
  • Pas de superflus : un ticket c’est un titre, une description, un auteur et un fichier éventuel

Sécurité : 4/5

  • Contrairement à certains de ses concurrents, on arrive directement sur une mire de connexion
  • par contre, quand on ajoute un nouvel utilisateur le mot de passe est envoyé en clair, même s’il est stocké chiffré

Note globale : 4/5

Oui, je rajoute des points de façon complètement arbitraire, parce que ça reste un projet Open Source réalisé bénévolement et mis à disposition gratuitement. Et franchement, pour un outil aussi clair à utiliser, même si l’installation est galère ça vaut vraiment le coup d’insister.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *